vins rouges vins blancs
cote-rotie condrieu
bassenon petite cote
madiniere les chaillets
terres sombres vertige
ayguets
saint joseph  
pierres seches saint joseph
amarybelle lyseras
les serines le lombard
saint pierre
cornas  
les vires  
les vires saint peray
les potiers
vin de france les cerfs
syrah  
vin de france
les candives marsanne
syrah signe
gamay roussanne
roussillière viognier
 
vin de france roussillière
ripa sinistra  
   
vins roses  
 
 
vin de france  
syrah sybel  
 
 
 
vente en primeur
 
   


CONDRIEU
 

• L’AOC : Condrieu ou « Coin du Ruisseau », autrement dit débarcadère. Condrieu fut, au cours de l’Histoire, l’un des lieux de passage les plus importants du Rhône. Parler du vignoble de Condrieu, c’est donc parler des bergers, des bateliers et des chanoines. Tous ont largement contribué à la naissance et à la réputation du vignoble. Les bergers grecs, vers l’an 600 avt.J.-C., plutôt que de buter contre le Massif Central avec leurs troupeaux, ont préféré les bords du Rhône et en ont profité pour planter le sarment de viognier qu’ils avaient coupé en Dalmatie et emporté avec eux. Beaucoup plus tard, la ville de Condrieu put établir un port grâce au courant du fleuve et à ses berges. Du XIIIème siècle au XIXème siècle, la corporation des bateliers du Rhône prospéra grâce au fleuve qui restait le moyen de communication le plus utilisé. Quant aux chanoines, dès 1195, ils firent construire un château fort à Condrieu. Une succession de chartes du XIIème siècle au XVIIIème siècle ainsi que l’implantation de monastères encadrant le site de Condrieu, favorisèrent les échanges et le développement du vignoble jusqu’à la Révolution. Mais le phylloxera au XIXème siècle, l’apparition du chemin de fer, la Première guerre mondiale, la crise des années 1930 et l’industrialisation de la région firent quasiment disparaître le vignoble. À la création de l’AOC en 1940, il ne restait plus que 10 hectares cultivés sur les 170 reconnus par le décret d’appellation. Grâce à la ténacité et au courage de quelques vignerons, le vignoble ne meurt pas tout-à-fait. Ils reconvertissent des terrains en vignes, défrichent des coteaux, replantent du viognier à la place des hybrides locaux, construisent des terrasses.
Ces fameuses terrasses, indispensables pour lutter contre l’érosion, permettent alors d’exploiter les meilleurs terroirs sur les meilleures expositions. Les pentes souvent vertigineuses empêchant tout travail mécanique, l’on a souvent dit qu’à Condrieu, « il fallait un homme pour un hectare ». Dans les années 1950, Condrieu, contrairement aux autres communes alentours, comptait beaucoup de familles propriétaires. À leur manière, elles participèrent aussi au renouveau du vignoble. Les gens qu’elles employaient étaient loin d’être exploités. En retour, ils travaillaient dur dans les vignes des propriétaires. Quant à ces derniers, ils se souciaient aussi du vin. Le notable Monsieur Comte, « aux vendanges, quand il y avait de la pourriture noble, faisait couper le raisin avec des ciseaux en argent et ramasser les grappes dans des assiettes. Il faisait des vins liquoreux ». En 1967, l’aire d’appellation est étendue à d’autres communes et porte sur 387 hectares. Il faudra attendre les années 1980 pour que les efforts des décennies précédentes, associés à une nouvelle génération dynamique, paient enfin, relancent le dynamisme de l’appellation et installent définitivement la notoriété du cru. En 1986, une révision de l’aire d’AOC exclue toutes les vignes situées à plus de 300 mètres d’altitude, ramenant l’aire d’appellation à 262 hectares pour ne privilégier que les coteaux les mieux exposés. Aujourd’hui, 171 hectares sont plantés sur les 262. Le condrieu reste majoritairement un vin sec. Mais, grâce à des millésimes de plus en plus chauds depuis 1990, certains vignerons, comme Yves Cuilleron, ont tenté de reproduire le condrieu doux d’autrefois et d’en faire des cuvées spéciales.

   
aire d’appellation :
dans 3 départements (Rhône, Loire, Ardèche) et sur 7 communes (Condrieu, Vérin, Saint-Michel, Chavanay, Saint Pierre de Bœuf, Malleval, Limony)

superficie en production :
171 ha

production annuelle :
6041 hl

rendement moyen :
35hl/ha

cépage :
viognier exclusivement

sols :
versants granitiques abrupts

climat :
continental modéré
 

Site officiel de l'Appellation

 
   
vin précédent vin suivant
 

 

 

Verlieu ~ 58 RD 1086 ~ 42410 Chavanay ~ France ~ Tél. 04 74 87 02 37 ~ Fax 04 74 87 05 62 ~ e.mail : cave@cuilleron.com